La Revue TUC, Revue francophone de recherche sur le transfert et l’utilisation des connaissances, vient de publier son second numéro. L’article, en accès libre, dresse un portrait des pratiques de transfert de connaissances des chercheurs de l’Université de Montréal.

Auteurs: Christian Dagenais, Marc-Olivier Croteau, Mathieu Ouimet, Catherine Lord

Messages-clés:

  • Couverture REVUE TUC Volume 2

    Cliquer pour accéder à l’article complet

    Une grande majorité des professeurs-chercheurs de l’Université de Montréal sondés rapportent avoir réalisé des activités de transfert de connaissances plus d’une fois au cours des 12 mois précédents l’enquête.

  • Les activités de TC privilégiées par les professeurs sont les blogues ainsi que la transmission orale des connaissances via la radio ou la télévision.
  • Plusieurs facteurs qui influencent l’implication des chercheurs dans le TC semblent être liés à la fréquence des échanges avec les utilisateurs potentiels : une attitude favorable face au TC, le temps consacré à la recherche, la méthode de recherche utilisée, ainsi que le fait de disposer de ressources financières dédiées au TC.
  • Les échanges avec les utilisateurs potentiels seraient plus fréquents chez les chercheurs utilisant une méthode de recherche mixte que chez les chercheurs ayant recours aux méthodes quantitatives ou qualitatives.
  • Une étude qualitative serait utile pour mieux comprendre les pratiques de TC des professeurs-chercheurs et pour identifier les obstacles au TC ainsi que les solutions prometteuses pour favoriser leur implication dans ce type d’activité.

Résumé:

Malgré un courant favorable à l’utilisation des connaissances issues de la recherche par les milieux de pratique, beaucoup reste à faire pour favoriser l’implication des chercheurs dans les processus de transfert de connaissances (TC). Les besoins et les attentes des chercheurs dans le processus de TC ont été très peu explorés.

L’objectif de la présente étude est d’établir un portrait représentatif des pratiques de TC des chercheurs de l’Université de Montréal et d’explorer les facteurs pouvant influencer ces dernières. Au total, 1 236 professeurs ont été sollicités pour répondre à un questionnaire auto-rapporté et 431 professeurs (35 %) l’ont complété. La collecte de données s’est étendue de juillet 2012 à juin 2013.

La majorité des répondants (74 %) rapportent avoir eu des activités de TC plus d’une fois au cours des 12 mois précédents l‘enquête, alors que le quart en rapportent très peu (soit aucun échange ou une seule fois au cours des 12 derniers mois). Les analyses ont révélé que les caractéristiques du chercheur et de son milieu (soit le temps consacré à la recherche, la méthode de recherche utilisée, la détention d’une subvention incluant un volet TC) sont significativement associées à la fréquence des échanges avec les milieux de pratiques. Pour réduire l’écart qui subsiste entre les connaissances scientifiques disponibles et leur utilisation, d’autres investigations sont nécessaires afin de mieux comprendre les facteurs liés à l’implication des chercheurs dans le TC.